L'étoile ivre

Elle clignotait dans un carré de ciel
Dénudé, à peine plus enveloppée
D'une ombre saillante où volaient à tire-d'aile
Les dernières lueurs troubles d'un jour désabusé

Elle crépitait, un peu rauque, à travers l'harmonie
Nocturne, je la sentais hésitante à trépigner
Sur ce sable noir égrainé dans la nuit
Où aucune vague ne semblait vouloir l'emporter

Leïla Dorsaz