Jamais le monde n’aura connu si grand désastre

Jamais le monde n’aura connu si grand désastre. Un jour je t’ai dit que je voulais être un tsunami dans une vie. Entrer et tout ébranler, tout détruire, jusqu’à chaque principe, jusqu’à chaque souvenir. Mais le monde connaît déjà les tsunamis, et personne n’y échappe. J’ai connu le mien. Il n’était pourtant pas très grand et avait une voix d’enfant. Et il a tout détruit pour ne laisser qu’une seule et unique vision. Ma tête au creux de son cou, mes lèvres effleurant sa peau. Il me suppliait d’arrêter pendant que je caressais son torse en douceur. « Je sais que t’en as autant envie que moi » dans un murmure. Nos anciens démons nous ramenaient en enfer, les plus sublimes, dans un baiser illusoire et éphémère. Jamais une tempête n’a été aussi belle.

Sophie Rachez