Oiseaux du quotidien

Immobile

le regard posé
sur la branche

je distingue presque
l’imperceptible tremblement
de sa respiration

je m’accorde à son chant

j’apprivoise son silence

et tout à l’heure
quand il s’envolera

mon coeur battra des ailes

~

Soudain

le ciel gris
de tristesse

devient bleu
majestueux

Le rouge-gorge
sourit

quelqu’un
a entendu

son chant

~

Viens te poser
sur mon carnet

petite mésange

j’ai besoin de toi
pour que mes mots

s’envolent

~

C’est comme
si le ciel
n’était pas assez
bleu

au petit matin

alors
du sommet du toit
le merle chante

et l’azur s’intensifie
jusqu’à en devenir

royale

~

Le corbeau
croasse

et cela
m’agace

Pourtant
il me dit
à sa manière

que les voix
graveleuses
et rauques

ont aussi
leur place

dans la symphonie
de la Création

~

Silence
du petit matin

où la mouette
traverse l’infini
du ciel

sans le moindre
battement
d’ailes

comme portée
par la grâce

Renaud Rindlisbacher