Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Bois de Bouleyres

Bois de Bouleyres

En sortant de la voiture, son dos craque ; à nouveau cette idée bête mais un peu drôle lui traverse la tête : par un mystère de la nature, son dos a vieilli bien plus vite que lui. Blague pas drôle en fait car c’est fatiguant tout de même cette fine douleur, qui vibre tout le temps, dans la zone des omoplates et des reins... Et quand ça vous tape d’un grand coup comme ça sans prévenir, faut tout stopper, crisper les fesses et les yeux, respirer un bon coup, éviter les mouvements brusques parce que sinon ça se coince, ces fichus engrenages des os, des tendons, des cartilages et des muscles, ça s’enraille comme la mobylette rouillée, ça en devient sacrément gênant.
Toutes ces années où son dos l’a trahi et le trahit encore, et bien... il sait que ça veut dire une seule chose : ce sont son cœur et son esprit qui travaillent trop. Bien trop. Il se fait du soucis pour tout et pour rien, il rêve à trop de projets en même temps sans en faire aucun et de toute façon il lui reste pas tant de temps que ça... Il veut toujours tout tout de suite, sans effort, pour pouvoir le jeter sans l’apprécier juste après, il se taraude la cervelle à réfléchir pourquoi un tel ou un tel ne l’apprécie pas ou bien pourquoi il le regarde de travers. Trop penser ce n’est pas bien et ça l’a rendu un peu chauve dernièrement. Le mental et le reste du corps c’est lié, même le médecin le dit ! Et pour apaiser l’un, bien sûr faut apaiser l’autre...
Alors le voilà qui arpente les sentiers caillouteux de sa chère forêt de Bouleyres. Il respire de son grand nez le bouquet que produisent les sapins et les séquoias. Il y a des oiseaux qui piaillent et les autres qui sifflotent avec plus de maestria. Il s’enfonce un peu plus dans la masse verte, hors des chemins, et sort son sac en tissu encore sale de terre, joyeux il commence à donner des coups de pieds dans les tertres... La cueillette commence et les champignons ça le connaît ! Il guette soigneusement. Chanterelles ou girolles, tricholomes, bolets ou cèpes, pieds bleus ou pieds de mouton, morilles, et plein d’autres ; il les connaît, il connaît leurs coins, leur lits de feuillages où ils se reposent ces coquins, sous les branches basses des arbres nains. Des fois il a bien envie de les croquer tout crus, à peine sortis, après avoir respiré leur odeur de tout son saoul entre leurs lamelles comme il l’aurait fait dans sa folle jeunesse sous la jupe d’une fille. Il les ramasse toujours avec la même tendresse, calme, remerciant le sol de lui fournir de si beaux produits.
Il a commencé à 5h00. Il sentait l’humidité s’accrocher à sa barbe plutôt blanche. Il s’assied sur une grosse bûche bien haute à 11h00. La sueur de son front fait que ses cheveux et son chapeau collent ; ses habits sont trempes mais ça ne sent pas la sueur, ça sent la forêt ! L’air frais et la tranquillité du lieu apaise ses maux. Ce ne sont plus des cloques mais des cornes qui poussent sur ses pieds ; aucun regret mais il est peut-être temps de rentrer, son sac transporte une dizaine de kilos. Son parcours a été fructueux car ses coins secrets regorgeaient de bonheur. Avec la cueillette de hier ça lui en fait une grosse vingtaine. Il visualise déjà le chef du restaurant gastronomique d’en bas bénir sa cueillette mirobolante par plusieurs ballons de blanc, il se voit lui raconter sa cueillette comme si c’était une chasse au gibier trépignante, et il voit aussi son copain du marché le supplier de lui en vendre deux ou trois kilos supplémentaires. Ça pétille déjà au fond de son estomac : ah ça oui il l’aime bien son petit pays. Cette région a du cœur comme le dit le journal ; et bien ce n’est que vérité, et lui il espère qu’il sera là pour le prouver encore un sacré moment.

Charly Rodrigues

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales