Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Le Bar

Le Bar

Accoudé au bar, il plonge son regard au fond de son verre vide. Il s’allume une cigarette. La dernière. Il la glisse entre ses lèvres trop rouges, aspire une bouffée de fumée. En lui c’est calme. Ça lui fait du bien. Il regarde les étoiles peintes au plafond. Le ciel est infini, immense. C’est la seule chose dont il ne voit pas la fin. Il pourrait penser qu’il est libre, qu’il a toute la vie devant lui. Et pourtant son corps le retient prisonnier. Ce corps qu’il hait. Il n’y a personne. D’un geste las, il pousse son verre de l’autre côté du bar. Pas un bruit. Le barman ne vient pas. Il n’y a jamais eu de barman.

Et puis derrière lui un couple passe. Ils éclatent de bonheur. Alors il se saisit de la bouteille et la vide d’un coup. Ça brûle dans sa gorge et les larmes lui montent aux yeux. Il tousse, crache, s’effondre par terre, pitoyable. Un homme passe, idiot dans son genre « Hé, ça va ? » Il ne veut pas répondre, il déteste sa voix trop claire. Il se relève, titube, se cramponne au bar. Il n’est pas soûl. Il sent toujours ses joues imberbes, et ses hanches trop galbées. Il peut mettre tous les pantalons larges qu’il veut ça changera rien. Il souffre à en devenir fou.

Soudain il bascule la tête en arrière et hurle aux étoiles. Sa voix de femme, son corps de femme, cette étiquette de femme qu’on lui a collée à la naissance. C’est faux. Ils se sont trompés ! Il n’est pas dans le bon corps. Il se penche de l’autre coté du bar pour saisir une étoile et bascule.

Le surlendemain, dans le journal, on put lire : « Une jeune fille retrouvée morte, en bas du Pont de Bercy, ivre, elle a basculé. »

Ethel Adèle

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales