Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Chronique d’une vie sans vacances

Chronique d’une vie sans vacances

Au regard tourmenté de la fille de la place Quatre_cent_cinquante_trois_

Mon avion décolle dans une heure_ J’aurais dû partir avant_ J’ai quand même de la marge_ Enfin_ Une petite marge_ Toute petite même_ Le temps de sortir du parking_ De rentrer dans l’aéroport_ Ce n’est pas vraiment de la marge en fait_ Restons positifs_ Que je prenne l’avion relève déjà du miracle_ Voyons ce jour comme le grand jour_

J’espère au moins qu’il n’y aura pas de file_ Que je pourrai m’acheter à boire_ Je meurs de soif_ Je crève de faim aussi_ A cause de la cigarette_ Je prendrai un jambon beurre avant d’embarquer_ La bonne idée_

Je referme le coffre_ J’enfile la bandoulière de mon bagage et la pose sur l’épaule_ La voiture est verrouillée_ Je crois_ Je n’en suis plus sûr_ J’actionne une nouvelle fois la clé_ Les phares clignotent_ La voiture est bien cadenassée_ Je vérifie quand même la poignée_ Elle se bloque_ Tout est en ordre_ Je pars vers l’ascenseur_

Je suis garé place quatre_cent_cinquante_et_un_ Niveau moins_deux_ Moins_deux_ Pas moins_trois_ Ni moins_quatre_ J’ai peur_ Peur d’oublier_ De ne plus m’y retrouver à mon retour_ Si un jour je devais revenir_

Je vais le noter sur mon téléphone pour m’aider_ Tiens_ Le numéro de la place_ C’était quoi_ Je reviens un peu en arrière_ Sous la lumière rouge je lis_ Quatre_cent_cinquante_et_un_ J’étais juste_ Me voilà soulagé_ En revanche_ Je ne suis plus certain d’avoir refermé la voiture_

Je recommence en catastrophe_ Et je compte autant de fois que j’appuie sur la poignée_ Un_ Deux_ Trois_ Fermé_ Un_Deux_Trois_Fermé_Un_Deux_Trois_Fermé_ Je saisis la clé de l’autre main_ Je la presse pour fermer encore_ Et je continue à compter simultanément_ Un_Deux_Trois_Fermé_Un_Deux_Trois_

J’ai l’impression d’être fou_ Mais c’est plus fort que moi_ Je suis dépassé_ Je regarde sur l’horloge_ Je devrais déjà commencer à embarquer_ Je me glisse tant bien que mal dans l’ascenseur dans une tentative désespérée_ Mais comme je suis seul_ Je ne peux plus m’arrêter_ Je presse sur le zéro_ La sortie_ Et lorsque j’y arrive_ je redescends_ Zéro_ Moins_Deux_ Zéro_ Moins_Deux_

Il est désormais trop tard_ Trop tard pour l’avion_ Trop tard pour les vacances_ Trop tard pour tout_ Je ne suis jamais parti en vacances_ Je ne partirai pas cette fois_ Les choses simples sont mes ennemies_ Mes ennemies ont à nouveau vaincu_

Jacques-Alexandre Pasteur

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales