Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Le blanc et le noir

Le blanc et le noir

Toi ici, puis toi là ; surtout n’en sortez pas !
Car dès qu’on s’en mêle, la passion vous consume ;
Du papier à l’âme rien ne subsistera,
Et d’exister toujours vous tenez, je présume.

Mais mourir sous le joug de mes doigts si peu las,
N’est-ce point promettre de renaître en ma plume ?
Les mots sont éternels ; ne pourrissez-vous pas ?
Tous les poèmes morts, ne serait-ce que brume ?

Compagnons, armez-vous, je sens l’assassinat :
Ma main s’est affranchie et veut sonner le glas !
Si folle qu’elle en danse et que tous mes sens fument,

Voilà que de son encre elle mène au trépas !
Ah ! Le blanc de vos fronts n’exhale qu’amertume !
Son courroux n’a de fin, si ce n’est ce pied-là.

Kaziwa Raim

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales