Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Fenêtre fermée

Fenêtre fermée

La fenêtre est fermée, tu ne peux pas l’ouvrir
La vision est bouchée, tu ne peux qu’en souffrir
De tes larmes séchées, tu ne goûtes qu’au pire
Et tes lèvres crispées ont perdu leur sourire
Le lit bordé tout frais t’invite à y coucher
La lampe est allumée, la table est son reflet
Une armoire dressée espère tes effets
Et la chaise paillée souhaite ton toucher

Et puis tout s’accélère les fantômes surgissent
Que de cris, de colère, soudain là retentissent
Des bouches de misère ayant bu au calice
De la coupe folie, déformées au supplice
Les murs n’écoutent pas, ils ne jouent plus à ça

Cette chambre est la tienne, tu ne peux t’échapper
Et ces parois de haine, t’auras beau les frapper
Ton sang couleur d’ébène ne saura qu’y sécher
Pétrifier ta peine, résonner au clocher
Qui sonnera le glas de ton futur trépas.

Jean-Marc Cuennet

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales