Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Un garçon ordinaire

Un garçon ordinaire

Il est assis dans un bus ordinaire. A une heure normale. Une heure proche de la sortie des classes. Il est assis sur un siège standard revêtu de tissus pelucheux bleu clair piqueté de larmes noires. Un siège dans un compartiment où quatre se font face, normalement réservés aux seniors. Il est seul, côté couloir. Il se tient droit, fermement appuyé contre le dossier, son sac à dos noir sur les genoux, qu’il tient serré contre lui. Il est tranquille, perdu dans ses pensées. Ou il rêve. A quoi ?

Tout à coup ses lèvres remuent doucement. Des lèvres ourlées découvrant un appareil dentaire obturant la blancheur de ses dents. Il semble chantonner quelque chose intérieurement, ou se parler. Mais on n’entend rien. Et il n’a pas de fil à l’oreille. Il regarde tantôt vers le haut, tantôt devant lui, distraitement, perdu en lui-même. Même les jeux d’ombre et de lumière se succédant de par la marche du bus ne le font pas ciller.
Immobile, normalement tranquille, il ouvre son sac, fouille à l’intérieur, mais n’en ressort rien. Pas même un portable.
Ses cheveux d’un noir de jais, tirés vers l’avant, ont une coupe courante, juste avec quelques mèches en désordre. Ses yeux noisette sont surmontés de sourcils bien arqués et fins. Son nez allongé est légèrement recourbé vers le bas, mais pas en trompette. Son teint est mat et régulier. Un enfant joli. Mais joli ordinaire. Joli comme beaucoup d’autres de nos jours, d’ascendance des pays du soleil. Seule marque particulière, un discret bijou accroché au lobe de l’oreille droite.

Qu’il a l’air sage et serein cet enfant. L’est-il toujours, en classe, à la maison ? Est-il un enfant unique ou a-t-il une fratrie ? Avec qui il peut s’amuser, se disputer, être jaloux ? Et ses copains, comment le trouvent-ils ? Sympa, marrant, ou réservé, solitaire ?

C’est mystérieux un enfant seul perdu dans ses pensées, sur un siège de bus à une heure quelconque. Qui rentre à la maison. Après l’école. Tranquille, patient. Un enfant comme beaucoup rêveraient d’en avoir.

Mais peut-être pas si ordinaire après tout. Qu’en sais-je ?

Pierre-Félix Delay

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales