Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Longtemps j’ai attendu

Longtemps j’ai attendu

Longtemps j’ai attendu

Longtemps j’étais perdu

Longtemps enfin je n’ai pas entendu

Devant mes yeux les sons dansaient
à mes oreilles ils susurraientet moi j’écoutais

Sur ce rocher au bout du cap la mer se fracassait les vagues s’élançaient et léchaient
inlassablement mes chevilles


Souvent je tombais

non pas de cette chute bête qui nous fait perdre pied
non car j’étais toujours debout là à attendre



C’était ma tête qui se vidait et mon esprit fuyait



Il planait sur l’océan.



il volait étherément.


Louis de Sereys

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales