Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Épître aux Babyloniens

Épître aux Babyloniens

Vous qui désespérez devant l'innocence souillée, devant la vérité travestie et devant le cœur flétri des hommes, reprenez courage. Car j'ai vu le père humilié pardonner à sa fille, car j'ai vu la sainteté émerger là où tous appelaient au crime et à la bassesse, car j'ai vu la pureté s'élever au milieu d'un océan de ténèbres.

Un prophète prétendait que le salut du monde viendrait du monde russe, où, dans l'âme de l'homme simple, reposerait une connaissance instinctive du Christ, préservée par l'orthodoxie. Ce prophète arpentait la bonne voie, mais il se trompait, car ce n'est pas dans l'âme seule du paysan russe que se cache cette candeur, mais dans celle des enfants de toute nation.

Trop souvent, cette candeur est poignardée par l'irresponsabilité de leurs aînés, par une production artistique fière de son cynisme stérile, par des nouvelles du monde diaprées mais unies par un même but : plonger celui qu'on informe dans un désespoir sisyphéen.

Érigeons la naïveté en vertu, et non en tant que défaut qu'on raille dans des rires pleins d'auto-satisfaction qui visent autant à traîner l'ingénu dans la boue qu'à dissimuler sa propre petitesse. Cultivons toujours l'optimisme et une foi inaltérable en l'Homme, et l'humanité se modèlera à la mesure de nos espoirs, faisant de nous des Pygmalion tout-puissants à même de la conduire vers l'Éden. Ayons en somme le courage d'inverser une fois encore les valeurs, de renverser les fausses idoles élevées par la lâcheté de nos prédécesseurs, et retrouvons une connaissance vraie du bien et du mal.

Philippe Dépit

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales