Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

A Charlène

A Charlène

A Charlène


L’air et le brouillard anthracite m’étouffaient la peau
Tandis que le vent d’avril sifflait sur nos maux
Sur nos mots aujourd’hui si vains, si lointains
Sibyllins comme la douceur de ses mains.


Dans mes souvenirs et les siens
Evanouis depuis longtemps
Je restai là, immobile
Me délectant de ce pauvre instant.

Et la pluie se mit à tomber
Les gouttes ruisselaient
Sur son visage comblé et épanoui
Sur ce regard figé mais plein de vie.

Et il pleuvait plus fort encore
Comme des trombes d’eau sur la mort

Et il pleuvait, pleuvait, pleuvait
Il pleuvait sans cesse sur elle
Et s’ils pleuraient, pleuraient, pleuraient
Je la trouvais, moi, vraiment très belle

Sur le marbre blanc d’Afghanistan.

Michaël Gay des Combes

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales