Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Les Aveugles

Les Aveugles

Toi aussi peut-être, tu la connais, la teigne pointilleuse qui te submerge de directives, aussi astreignantes qu'inutiles, dans l'accomplissement d'une tâche qu'elle ne connaîtra jamais. Celle à qui tu acquiesces poliment d'un air concerné, alors que tes pensées virevoltent, plus indifférentes que jamais, quelque part aux antipodes des siennes. Celle qui a bâti pour ses intérêts un édifice de pérennité, mais qui fonde les quartiers de ceux de ses pairs en plein marécage. Celle qui voudrait bien calquer sur la terre entière sa vision des choses, mais qui, à demi consciente de l'incohérence bouleversante de ses ambitions, les dissimule derrière un sourire faussement modeste. Altruiste envers elle-même, et aussi soucieuse de l’empreinte de ses caprices sur ta vie qu'une truite saumonée a conscience de la mondialisation, elle t'affirme comme si la course du soleil en dépendait que les grandes assiettes ne se lavent pas avec les petites, alors qu'au final, toutes passent dans la même machine à laver.

Et peut-être que toi non plus, tu ne le connaissais pas, le concierge africain avec qui tu t'es trouvé au coin fum' aujourd'hui. Celui qui n'était pour toi qu'une salutation souriante lors de tes rares passages en coup de vent dans le couloir, n'ayant le temps de perdre le fil de la concentration, entre deux claquements de porte. Celui qui, répondant volontiers à ton amorce de conversation, pourtant aussi originale que de la vanille sur du chocolat, raconte les mœurs du nord du Soudan, d'un accent rythmé, assaisonné de broussailles et de coucher de soleil enflammé. Celui qui, chez lui, aurait été bien inconscient d'aller acheter son pain sans sa kalachnikov, et qui récure tous les vendredis avec le même flegme et la même application, la saleté des gens pressés. Celui qui ne comprend pas pourquoi ici les femmes ont droit à la parole, mais accepte et ne dit rien. Celui qui, entre guerre civile, corruption policière et tensions tribales, a eu si peu de temps pour apprendre à être un homme, que ses mots ont encore la franchise et l'insouciance qui accompagne ceux des gosses du quartier après les cours. Celui dont l'une des sœurs, au pays, pourrait se faire violer dans la rue sans que cela soit même considéré comme un crime.

Mais les grandes assiettes ne se lavent pas avec les petites, bon sang.

Alex Hendrain

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales