Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

La péniche

La péniche

J’veux une petite péniche
Pour flotter mollement sur l’eau
Être heureux, et riche d’être
Sensible à tout c’qui est beau
Car c’est souvent pas facile
De vibrer à l’unisson
D’un nuage, d’une jonquille
Quand on vit plongé dans des questions

J’veux une péniche
Pour qu’en bleu je la peigne
Et qu’elle m’emmène loin des bastions
Que glissant doucement sur l’onde j’règne
Sur un royaume d’émotions

Cette barque en bois légère
Sera suffisamment longue toutefois
Pour accueillir sans sombrer tous les hères
Au cœur sensible, qui comme moi
Désirent voir couler le temps
Défiler les paysages
Au gré du courant
Au son du clapotis des poissons qui nagent
Et du bruissement des roseaux dansants

En chemin de l’eau nous tirerons
Les pauvres qui dans l’eau follement se débattent
Nous les remonterons derechef sur le pont
Afin qu’ils ne rendent pas à Dieu une âme plate

Toussotant ils apprendront bientôt
Que dans leur acharné duel contre l’eau
Ils avaient toujours eu pied
Et qu’en frappant au désespoir, pour s’échapper
C’était vers la noyade qu’ils avançaient

Ainsi donc nous respirerons
D’un même souffle, unique et profond

Le goût de la brise tiède et suave
Qui fera tanguer le bastingage

Les maladroits bourdons qui de leur voix grave
Salueront joyeusement notre passage

Les chants des cigales et les ramages
Des rouges-gorges
Qui nous parviendront en chœur
Depuis les saules du rivage.

Felipe

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales