Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Pas de deux

Pas de deux

Automne – ciel vermeil formé par les cimes

Je vois le visage de mon aimé baignant dans le clair-obscur des sous-bois. Ce n'est pas quelque chose de caravagesque, pas de tentures pourpres qui rappellent le sang, mais quelque chose d’encore plus violent.

Ici pas d’épée pour la décollation. La lame, c’est la lumière vive qui m’entame les cornées, et m’éblouit. Mon amour surgit, et touché par l’éclat du soleil, il m’éclaire, trop, avant d’heureusement retourner dans l’ombre. Court répit avant un nouvel assaut du soleil.

Cette danse de lumière me donne le vertige, comme si nous étions nous-mêmes engagés dans une valse viennoise – ou comme si la bouteille de vodka était presque finie. Alors que de loin nous ne faisons que cheminer côte à côte – sans se tenir par la main – je suis remplie de sa présence.

Les feuilles bruissent au-dessus de nous. La terre est tendre sous nos pas, comme une promesse. Et bientôt, nous allons sortir du bois, passer devant la vieille chapelle. Puis franchir deux ponts, pour nous retrouver à sa porte, où il me laissera sans un regard.

J’aimerais tant qu’il ressente quelque chose d’aussi violent.

Delphine Gendre

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales