Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Pô dans le monde

Pô dans le monde

Pô naît dans une fleur.
Il est nourri, à toute heure,
Du nectar que les abeilles déposent
Lorsqu’elles butinent, et lasses, prennent une pause.

Le petit grandit dans la sécurité du bourgeon
Jusqu’au jour où son lit lui devient trop étroit
Et que, mal à l’aise dans sa trop petite maison
Il enjambe les pétales et part faire ses premiers pas.

Il tombe alors nez à nez avec un homme nu,
Qui lui fait terreur, avec ses cheveux hirsutes
Et sa barbe noire, fournie et touffue
Dévorant un visage dur, aux allures de brute.

Le sauvage tend alors une main ouverte sur un fruit,
Sourit, alors que la magie opère,
Nos deux compères
Devenant ainsi amis pour la vie.

Pô voit en l’homme un semblable ;
Il s'habitue aux cheveux et à la barbe, d’abord peu agréables,
Voyant plutôt les caractères que son ami et lui ont en commun
Tels l’air qu’ils respirent, leurs pieds, leurs mains.

Un jour que les deux vont marchant paisiblement,
La panse remplie, sous un soleil réchauffant,
Ils rencontrent de noires créatures,
Hideuses, impures, de très forte carrure.

Glacés par tant d’effroi, ils ne voient ni n’entendent le taureau
Qui, les cornes en avant et droit sur eux, charge dans leur dos.
Pô et son ami ne doivent leur salut qu’à ceux qui les avaient terrifiés ;
D’un jet de lance fulgurant, l’animal fut neutralisé.

Il va sans dire que le cercle d’amitié s’élargit.
Les visages des sauveurs, chaleureux, prenant vie
La peau noire ne fut bientôt pour Pô plus qu’un détail,
Tant les ressemblances dans les gestes, les regards, étaient de taille.

Pô médita sur ces faits ; jusqu’où pourrait s’étendre son amitié
S’il ne fallait que circonstances favorables et simple partage d’identité
Pour voir naître ce sentiment de fraternité ?

Les animaux naissent, se nourrissent, se meuvent : Pô aussi.
Les plantes, tout du moins, germent et meurent ; il est uni à elles par la vie.
Les rochers, les étoiles, et toute chose
Existent, tel qu’il existe, lui.

Felipe

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales