Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

L'Orphée noir

L'Orphée noir

L'Orphée noir
Sous la palme
A son front les lauriers
A son dos la sueur
Le centre de l'ornière moite
Dans la boue
Dans la brou – dans la brousse
Et l'autre vie au creux des bras
A bout de rêve
Partout
Trépidante aux doigts giflés
Et larmes gelées

Devant Fort-de-France l'internationale vallée
La brousse fume se croyant seule
Et tu le penses
Tu te pâmes
Paon-chérubin
Dans la boue
Dans la brou – la brousse
Marchant seul au centre de l'ornière
La moiteur de l'air
Estton esprit
Chevalier
Tu trembles et tu respires
Tu te remplis d'histoires
Et l'autre vie au creux des bras
Tu la portes en toi
Dans tes doigts giflés
Dans tes coudes
Ton cœur en épis
Elle s'échange dans les yeux
Kaléidoscope d'argent

L'or fée noire descend
En un tremblement houleux
Les nuages sont écume et ton palais
S'écroule
Sous tes pas les pitons
Des tessons de verre pilé
Au sein des tentacules tropicales
Tu pleures ton Amour
Ô Orphée noir
Des sirènes te déchirent
Et ô Orphée noir
Même ton chant ne peut rien
Contre les sirènes qui te déchirent
En lambeaux larmoyants
En or de glaire
Et vomissures de sang

Seul loin de l'autre rive
Dans la boue
Dans la brou – la brousse
Le cou tranché
Roule dans la terre battue
Et les cendres critiquent des volets
Les paupières mordues

Dis-moi Orphée noir
Que vois-tu
Dis-moi Orphée noir
Montre-nous

*

L'Orphée noir
Revoit
Eurydice.

Rafaël Deville

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales