Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Le Clapotis du chas

Le Clapotis du chas

– Dis-moi, entre nous c’est qu’une histoire de cul ?
Il cessa soudain ses baisers pour relever la tête, ne sachant pas quoi lui répondre.
Elle avait les jambes écartées, et lui accroupi devant elle la scrutait, surpris. Il voulait lire sur son visage les indices de l’humour ou de l’ironie. Mais appuyée en arrière sur ses mains, emmêlée dans le drap, elle attendait une réponse. Il supposa d'abord qu'il s'agissait d'une stratégie de séduction étrange, puis la vérité s’imposa brusquement à lui, l’excitation se dissipa. Ils n’étaient plus que deux nudités imparfaites dans un lit défait.
Que répondre ?
Un instant plus tôt, elle avait répondu d’un oui gémissant à l’adjonction d’un deuxième doigt entre ses cuisses tendues. Avec sa main droite, elle avait pris sa main gauche à lui et l’avait discrètement posée sur son sein droit à elle, pliant le coude d’une manière étrange. Lui s’était retrouvé en équilibre précaire, d’un côté affairé à caresser délicatement le mamelon, de l’autre tromboniste fougueux d’un orchestre d’harmonie. Il avait finalement trouvé un remède à la chute en déléguant à sa bouche le soin du téton, libérant ainsi la main porteuse. Cet heureux transfert lui avait permis de jouir de son orgasme à elle, en observateur privilégié, appréciant le clapotis du chas et les cris de la belle.
C’était dans l’instant suivant, alors qu’ils retournaient tranquillement à la réalité, qu’elle avait posé la question dérangeante. Peut-être n'était-ce qu’une affirmation dissimulée ? Impossible pour lui de savoir ce qu'elle souhaitait entendre. Ils partageaient régulièrement le même lit depuis quelques semaines, et le sujet devait bien être abordé.
Alors, que répondre ?
Lui, malgré un nombre de conquêtes à deux chiffres, ne se considérait pas comme un Don Juan. Il ne se faisait pas trop d’illusions sur ses compétences sexuelles, mais il mettait un point d’honneur à écouter le désir de sa partenaire et assouvir, dans la limite de ses moyens, les appétits divers. À chaque femme, à chaque heure, l’équation était susceptible d’être renversée. C’est cette alchimie imprévisible et délicate qu’il s’attelait à trouver, tantôt avec la précision d’un technicien, tantôt avec le doigté d’un violoniste, comme un amoureux ou une bête sauvage. Son plaisir passait, avant tout, par celui de l’autre. Il désirait plus que tout sentir des muscles se tendre, voir un dos se cambrer, entendre un râle ou, suprême récompense, son prénom arraché dans un souffle.
En vérité, il était passionné par le sexe. Il y voyait la plus saine des activités humaines, la plus sacrée aussi, un dialogue profond entre deux êtres, corps et âme. Pas un article qu’il n’avait lu, pas une amante qu’il n’avait interrogé, l'air de rien, sur ses préférences ; il voulait tout connaître. Patient entomologiste du fait sexuel, il avait épinglé les fantasmes les plus courants, appris (le plus souvent par maladresse) les écueils du dégoût ou de la brusquerie. Ce qui ne l’empêchait pas de commettre encore des erreurs, de se montrer parfois grossier ou indélicat. Il notait alors quelque part – dans son corps ou sa tête ? allez savoir – une nouvelle entrée de son encyclopédie instinctive et empirique de l’amour. De l’amour, oui, car le sexe ne revêtait pour lui aucune gratuité. Il n'était pas capable de la triade Séduire, Conquérir, Partir (au petit matin ou juste après la consommation). Chaque fois qu'il avait tenté le fameux "coup d'un soir", il s'était alors senti gangrené par le remords d’avoir propagé la maladie d’amour meurtri, ou (plus souvent) il était lui-même envahi de pensées romantiques, cherchait la boulangerie la plus proche et ramenait des croissants à une femme à laquelle il s'était promis de ne pas s'attacher. Non, ce Pasteur de l’orgasme gardait l’espoir qu’un jour la subtile excitation de son corps dans un autre aboutirait au miracle de la fécondation, à la mystérieuse création d’une nouvelle vie. Et pas par erreur, mais par choix conscient de deux êtres enharmoniques.
Il attendait celle qui, essoufflée et suante, lui aurait dit « Je t’aime » tout simplement, le cœur battant. Il y aurait eu, dans ces mots, non seulement la reconnaissance du devoir conjugal bien fait, mais aussi une forme d’admiration, à tout le moins une estime profonde, de la confiance.
Elle insista doucement :
– Nous deux, c’est juste pour le sexe, non ?
Muet, estomaqué, il hésita un instant. Pleurer ? Céder à la rage ? la frapper ? lui faire un doigt d’honneur avant de sortir en trombe ?… Mais il articula :
– Comme tu dis… juste du cul.

Alain Guerry

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2017 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales