Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Les aiguilles de l’horloge

Les aiguilles de l’horloge

Aiguilles, tournez d’allégresse,
Tournez encor, tournez sans fin,
Tournez toujours, tournez sans cesse,
Tournez, tournez jusqu’à demain !



L’heure est lente mais tous les jours
Fait paisiblement ses deux tours.
Sans même être jamais pressée,
L’aiguille toujours tourne en rond
Et se fatigue sans air prompt
Jusqu’à s’être rapetissée.


La minute et vingt-quatre tours,
Tel un constant compte à rebours,
Se succèdent sans se soucier
Des guerres ou de l’infortune;
Sans considération aucune,
La minute est faite d’acier.


Mil quatre cent quarante tours :
La seconde n’a de retours,
Jamais elle ne se détourne,
Elle court, court sur son chemin
Et retourne ensuite à demain,
Car la trotteuse toujours tourne.


Aiguilles, tournez d’allégresse,
Tournez encor, tournez sans fin,
Tournez toujours, tournez sans cesse,
Tournez, tournez jusqu’à demain !

Vincent Bossel

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales