Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Un mort

Un mort

Tout au fond d’un ruisseau
S’agite un corps, beau
Il recueille le jour
Qui file dans ses yeux

Il n’a plus d’argent
Repose un peu sa tête
Au bord des algues bleues.

Il aime ce fond de sable
Mais moins la bulle de glace
Qui fuit d’entre ses lèvres.

Il monte un peu dans l’eau
Qui joue dans sa gorge
Le ventre bien rempli
Ça lui suffit bien.

Les doigts s’agrippent
Mais l’onde elle a volé
Ce que volent les yeux
D’une belle adorée

La peau est un peu grise
Elle semble partir du corps
Elle en a trop bu
Elle est blanche, un peu

L’amour le voulait
Mais la mort l’a bien eu
Dans un petit fond d’or
Dorment ses boucles mortes

L’enfant salue la grève
Ses cheveux médusent au soleil
Lisses comme la goutte
Qui courbe son cil
Il n’a plus de doutes
Et s’étend, docile.

Aedan Cléraud

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales