Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Poupée de porcelaine

Poupée de porcelaine

Je suis une poupée, en porcelaine.
Je suis blanche comme la neige ; qui me touche je le glace.
Je suis belle, on m’aime. Mes cheveux ondoyants attirent les doigts naïfs. Ce sont les fils qui alimentent l’amour de mon public.
Mon regard est fixe, qui n’aime pas plonger dans mon regard bleu plein d’étoiles ? Oui, mes paupières ne daigneront jamais perturber ma fine surveillance.
Je suis habillée en princesse avec une belle robe blanche rayée de rouge. Mais la tenue de policier, soldat, journaliste et civil me va très bien aussi. Je serai toujours belle à l’extérieur.
On aime me voir, je fais taire les enfants, ravir les grands et soupirer les vieillards. Je remplis le vide de l’autel. Je suis rassurante.
La voix de mes sujets résonne et s’amplifie dans mon corps entier. Je suis pleine de leurs propos vides. L’écho qui se dégage de moi les satisfait. Ce qui compte c’est ma belle coquille brillante qui vibrera au son de leur rire.
Aussi, je suis chère. Les regards vénaux se plisseront devant mes formes généreuses.
Je suis une poupée, en porcelaine.
Je suis une poupée, fragile.
Tu ne pourras pas me briser. Tu m’aimes, je suis chère, je ne dérange nulle part, tu aimes mes yeux, le confort que je t’apporte et surtout tu te blesserais avec mes débris.
Je suis fragile mais tu tiens à moi, je te suis indispensable.
Je suis fragile mais indestructible, merci.
Tes limites me rendent invincible.
Je suis une poupée, en porcelaine.

Nida-Errahmen Ajmi

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales