Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Vasistas

Vasistas

Coalescence de la glace. Sur les toits, des blocs à demi immergés grèvent les pans. Assis sur des hauteurs, au-dessus des rues prises dans le fer, le regard traîne sur les tuiles s’effondrant. S’arrête aux languettes vitrifiées qu’il arracherait pour pénétrer l’en-dedans domestique. Une langueur descend sur les vasistas cerclés de cadres dont la rouille dégouline vers les ornières des toitures. La fureur de l’homme, qui se penche sur les ouvertures en contrebas, en assourdit une autre ; celle des fenêtres où son œil tombe, celle des glaçons accolés qui poussent, avec l’ombre et le jour, au travers des charpentes vers une percée, qui s’épuisent à l’effondrement des combles. Folie de grêlons, de crachats qui se sont agglutinés dès la première ouverture faite aux sommets des abris. Cependant les demeures ne s’effondrent pas, des badauds de grenier, en-dessous des velux, amortissent la poussée.

Aux derniers étages des enfants trainent leurs cousines, montrent le ciel et lancent probablement un vœu pur. D’autres, à l’âge opportun, dardent contre le bleu pour y loger l’oison solennel. Des prières s’encrassent contre la vitre, un crissement furieux en descend. Humiliation pour les meurtrières d’être ainsi dévoyées. Leurs cris s’acheminent où le bois se fendille, descendent jusqu’aux assises ; sous la dalle, font rouler les scories. La menace reste sourde à celui qui se renverse vers la nue. Ses méninges ruissèlent selon le côté d’où sa tête s’incline, flux et reflux, musique de sentine qui soutient le plafond. Deux forces s’ébrouent à vide et s’équilibrent, soliloquent. Deux folies en apartés se retiennent, le songe et la fureur céleste, parfois en imposte, préservent la demeure.

Aube et crépuscule, teintes vides, et la ville continue.

Gloire, damnation sur le distrait qui de jour monte à l’autel soutenir la voûte sédentaire.
Gloire, damnation sur l’insomniaque qui, par l’ombre et la nuit, prend son tour de garde.

Pablo Calderoli

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales