Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Sur la route de Galway

Sur la route de Galway

Comté de Clare (Irlande), 1848.

Aussi douce que fut ma randonnée nocturne,
Non loin de la tour O’Brien,
Mon cœur dut s’arrêter – j’en devins taciturne –
Quand les nuages laissèrent à grand-peine
La place à une Lune pleine :

La pénombre ambiante s’en alla mourir ailleurs
Dévoilant une jeune fille,
Aux cheveux rouillés, à la triste maigreur,
À demi vêtue de guenilles,
Laissant voir un sein à qui prie.

M’avançant vers elle, jusqu’à dix petits yards
Du bord des Ruines, ces falaises
Qui tutoyaient les flots et en étaient les gardes,
J’ôtai mon haut-de-forme à l’aise
Pour mieux admirer l’Irlandaise.

Je ne pus distinguer comment étaient ses yeux,
Peut-être bleus, peut-être verts.
Ils étaient très bavards, mais sans ton facétieux,
Et me parlaient d’une voix claire,
Car nous ne dîmes mot ou vers.

Tout me fut avoué par ses grandes prunelles :
Elle avait vécu orpheline,
Violée par des brigands, ses entrailles charnelles
Souillées jusqu’à l’os et l’échine !
La pauvre ! La vie est coquine !

Le mildiou ravageait toute pomme de terre,
Puis semait la Fin par la faim;
Et le mildiou rongeait son corps tel un gros ver,
Lui donnait faim jusqu’à sa Fin.
Mais que dire du goût du pain ?

Oublié, que dis-je ! Au moins depuis l’époque
Où on commença à la battre.
Des gnons, des gnons ! Toujours, des gnons ! Et tous ces chocs
Avaient rendu sa peau bleuâtre.
Et cela depuis l’âge de quatre.

Toute brutalisée par tous ces Britanniques,
Fiers bouffons de sa Majesté,
D’un sourire béat, peut-être un peu inique,
Mais diabolique et attristé,
Elle me salua sans rester.

Je souris en retour, elle saute apaisée,
Pour rejoindre les doux Enfers,
Pour que fût réduite toute sa vie lésée
Avec ses douleurs en poussières !
Ah, ces assassines Moher !

L’Atlantique agité l’engloutit sans attendre.
Il y avait pour seuls témoins
Les montagnes et moi, qui devais entreprendre
La route de Galway au loin.
Ses yeux étaient verts, je crois bien...

Vincent Bossel

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales