Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Régime sentimental

Régime sentimental

Je me gavais des cendres de son amour évanoui
Comme un boulimique d’un bonheur déchu.
Je m’en délectais jusqu’au dernier débris,
Jusqu’aux dernières miettes de nos promesses perdues.

Je dessinais sa silhouette sur la buée des miroirs,
Dans mes rêves et sur mes feuilles blanches
M’agrippant fermement à un ultime espoir,
Empêchant que mon cœur ne se débranche.

Son lever de sourire me réchauffait le cœur,
Le faisait vrombir d’admiration
Annihilant les hordes de mes peurs
Exaltant en moi d’innombrables passions.

Mais quand elle s’en alla, le vide…
Une pluie de molécules orphelines
Léchaient mes joues parsemées de larmes acides,
Brûlant témoignage d’un homme que l’on chagrine.

Il n’y avait plus que le néant,
Accompagné de ses imposantes saugrenuités,
Une vacuité intense de l’instant présent
Qui défile sans même qu’on ait envie de l’arrêter.

Il fallait pourtant vivre, souffler, respirer
Choisir de nouvelles couleurs et dessiner un chemin
Au milieu des ruines et des éclats dispersés,
Se frayer un avenir à penser, un avenir à rêver.

Alors j’ai englouti des graines de futur concentré
Comme un affamé d’un bonheur à reconquérir.
Je m’en régalais jusqu’à la dernière bouchée
Jusqu’à l’os d’un espoir qui ne saurait périr.

Jérémy de Riedmatten

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales