Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Piégée

Piégée

Le vent sifflait. Il semblait l'appeler depuis le sommet des pics, dansant sur les cimes, séduisant les hauts sapins. Sarah. La neige, souillée çà et là des griffes de quelques animaux sauvages, recouvrait le gigantesque goulet qui s'étendait devant elle. Tout était si calme. Elle se laissa porter un instant par ce paysage. Le froid attaquait ses mains et ses pieds. Sarah.

Elle se tourna. Le camp était recouvert d'une épaisse couche de neige, sur laquelle le soleil commençait à se réfléchir. Le noir dans son âme se dissipait peu à peu. Elle reprenait des forces. Lentement, les bannières fouettaient le vide, s'associant au vent en une harmonie pesante. Sarah. Elle ne se souvenait plus du silence, de sa saveur si douce et relaxante. Elle ne se souvenait que de son prix.

Elle passa sa main sur son front gelé. La cicatrice qui remplaçait son oeil la démangeait, mais elle n'osa pas enlever ses gants pour la masser. Brusquement, elle ramena sa main sur son épée, qu'elle empoigna fermement. Elle soupira. Un petit nuage sortit de sa bouche et s'envola. Sarah.

- Sarah ! T'es sourde ou quoi ?, criait-on. Descends tout de suite, j'ai besoin de ton aide.

La jeune fille leva les yeux. Elle aperçut le dos furieux de sa mère qui s'éloignait sous le dormant de la porte. Son chat ronronnait, trônant confortablement sur ses jambes. Elle le caressa affectueusement derrière les oreilles, puis le fit glisser sur le duvet. Elle déposa son livre à côté. Après avoir remué quelques fois ses jambes engourdies, elle sauta du lit. Il faisait chaud dans la chambre. Les vitres intérieures étaient recouvertes de buée. Elle avait la chair de poule.

Patrik Agniex

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales