Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Un homme à la mer !

Un homme à la mer !

À Marie Bachmann.


Et lorsque je navigue en tes yeux flamboyants,
J’en recherche les bords jusqu’à perdre le Nord.
Tel vogue mon voilier que c’est en m’y noyant
Que je livre mon sort à tes prunelles d’or.


Le repos m’est proscrit, car je rame depuis
Qu’un terrifiant orage avec l’humeur sauvage
De tes fins cheveux blonds mon grand mât a détruit.
Hélas ! mon équipage a subi ses ravages.


Je suis seul maintenant face aux vagues furieuses
Des douces frisures de tes mèches rieuses;
Je ne puis empêcher le malheur de couler :


Mon cœur fait naufrage ! Puis mon cœur fait l’ivrogne !
Tu es mer de désirs où plonge cette trogne
Pour s’y nourrir, de volupté, pour s’y soûler !

Vincent Bossel

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales