Accueil | Abonnement| Contacter L’Épître | Ecrire un texte| A propos de L'Épître | Crédits  
L'Épitre, le journal fribourgeois de la petite littérature très courte

Dans une rue de Bombay

Dans une rue de Bombay

Première marche, dans une ville de l’Inde. Je n’en crois pas mes sens. Quel dépaysement, quel choc ! Tout me heurte, bouscule ma vision du monde. Je ne sais plus où regarder, où marcher. Et puis, cette chaleur moite, humide, les habits collant à la peau. Et quelle foule ! C’est sûrement ce qui frappe le plus lorsque l’on arrive en Inde. Une foule bigarrée, de tous âges, de toutes conditions. Impressions d’une fête permanente. Très rapidement, corps étranger dans la fourmilière, je serai assailli par une multitude d’enfants geignards ; « No papy, no mammy, give me one roupie ! »Mignonnette formule, n’est-ce pas ? On m’avait prévenu : ne commencez jamais à donner. En Europe, ce conseil heurte nos sensibilités ; en Inde, il vaut mieux le suivre. Si nous distribuons des petits sous, une véritable cour des miracles se met en mouvement, nous cerne et nous dépouille. Chute et risque de piétinement. Une personne seule ne peut maîtriser la foule. Alors, il ne faut pas s’arrêter ou hésiter : démarche flâneuse et indécise attire voleurs et mendiants. Ces derniers ne s’approchent pas des Indiens bien vêtus portant leur mallette d’hommes d’affaires. Le mépris affiché par ces gens-là à l’égard des pauvres me révolte. Simple constat, pas de jugement car pour comprendre le système des castes, il faudrait séjourner plusieurs années en Inde.

Jo Berset

  



Publications de l'Épître

Partenaires de l'Épître

L'Épître, © 2012-2018 - Créé par Matthieu CORPATAUX - Site Web par Guillaume HESS - Tous droits réservés - Mentions légales